PUBLICITÉ

Le Premier ministre malien à la barre devant le juge Jean Marc Harbaut chargé de la Cellule Anti-Terroriste à Paris en France

Le Premier Ministre #malien Soumeylou Boubeye Maiga écouté ce matin à Paris, dans l’affaire de l’assassinat de Ghislaine Dupont et Claude Verlon

Le Premier ministre malien à la barre devant le juge Jean Marc Harbaut chargé de la Cellule Anti-Terroriste à Paris en France

De sources concordantes, le Premier Ministre malien Soumeylou Boubeye Maiga aurait été écouté ce matin 18 mars 2019, à Paris, en France, dans l’affaire de l’assassinat des journalistes français, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, par le juge Jean Marc Harbaut chargé de la Cellule Anti-Terroriste.

Depuis plusieurs mois, l´une des personnalités les plus craintes du Mali est citée dans l´affaire de l´assassinat des deux journalistes. Selon un article de Laurent Léger, qui a été publié le 02/11/2018 sur le site d´information lexpress.fr, celui qui a été directeur des services de renseignement du Mali, ministre de la Défense, Secrétaire général de la Présidence de la République avant de devenir Premier ministre aurait eu des liens avec les criminels terroristes qui ont assassiné ces deux français, dans la région de Kidal.

En effet, «de nouveaux éléments dirigent l’enquête vers des terrains plus mouvants. Un journaliste d’investigation malien qui connaissait bien Ghislaine Dupont, entendu le 4 octobre 2018, dans le dossier français, relate qu’une de ses sources lui a récemment confié que “quelqu’un dans le commando était en relation avec un officiel malien”. Une piste étayée, dit-il, par un contact ultérieur avec un “ancien officier français”.

Selon cet ex-militaire, une conversation téléphonique entre un membre du commando, Baye Ag-Bakabo, “et l’ancien ministre de la Défense malien Soumeylou Boubèye Maïga” aurait été interceptée par les Américains.

Monsieur Maïga n’est pas n’importe qui puisse qu´il est l’actuel Premier ministre du Mali.

Aussi, il n’est pas un inconnu de la justice française. En effet, il apparaissant au détour du dossier Tomi, une figure corse du jeu en Afrique.
Mieux, Soumeylou Boubeye MAIGA avait subi une garde à vue en France.

Ancien chef du renseignement, Soumeylou Boubèye Maïga a-t-il frayé avec des djihadistes ? Aurait-il couvert le fameux Bakabo, qui évoluerait désormais tranquillement entre le Mali et l’Algérie ? La question mérite réponse; d´autant plus qu´il est de notoriété publique que monsieur MAIGA entretient des rapports très étroits avec des dignitaires du pouvoir algérien.

Une affaire à suivre…