PUBLICITÉ

MENAKA: cette région qui n´a d´existence que dans les archives de la République et dans le discours des gouvernants.

Sur initiative de jeunes de Menaka, un mouvement (ALGHAFIAT I MINIKA) vient de voir le jour avec pour but de mener un combat qui s´annonce long et rude.

La population est massivement sortie pour les soutenir ce lundi 09 Septembre 2019 lors d’une marche pacifique. C’est parti pour une semaine de sit-in renouvelable jusqu’à satisfaction des doléances.

Menaka souffre de tous les maux: insécurité, manque de service sociaux de base (CSREF, Eau, électricité) l’état de l’axe routier Ansongo / Menaka, etc…

Avec toutes les forces présentes à Menaka: BARKHANES, MINUSMA, FAMA, les groupes signataires de l’accord; il n’y a pas une seule nuit sans braquage, assassinat, vol, viol etc.

On se demande alors l’utilité de la présence de toutes ces forces. Dans les mosquées, on prie Al-Maghrib et Al-Isha ensemble pour que les populations puissent se terrer dans leurs maisons dès 18h, la peur au ventre car les sauteurs de mûrs peuvent venir à tout moment.

C’est à Menaka qu’on fait des jours sans électricité car il n’y a pas de carburant dit-on. Il n’y a pas de carburant a qui le marché de carburant a été attribué, dort paisiblement quelque part, la conscience tranquille et le bien-être des menakois ne figure pas sur la liste d´attente de ses préoccupations.

C’est à Menaka que pour une radio ou des complications lors d’accouchement il faut se rendre à Niamey. Même pour se faire retirer la dent, on doit se rendre à Gao. Le Csref manque de moyens et personnel.

Si toutefois une personne reçoit une balle d´arme à feu, elle fait ses adieux, car la mort est dans ce cas, une certitude absolue.

La seule route qui relie Menaka au reste du Mali est dans un état de détérioration très avancé surtout en cette période hivernale. Les coupeurs de route y font la loi. Tous les régimes successifs de Bamako ont fait des promesses jusque là non tenues.

Des études de terrain sont fréquemment menées mais le démarrage des travaux ne semble pas être pour aujourd’hui, pas pour bientôt.

Le Mali n’existe à Menaka et Menaka ne semble pas être du Mali.

Toute la population de la Région de Menaka est debout et réclame la satisfaction de l’ensemble de ces points, le chemin est long mais nous y arriverons ensemble.

 

Une contribution de Facebook
Rédigée par : Housseini Ag Yehia Intelkass