PUBLICITÉ

Mali: «Nous ne pouvons assister passifs à la destruction de notre pays» dixit l´imam Mahmoud DICKO

Le leader du M5-RFP, à savoir Mahamoud Dicko était face à la presse en milieu de semaine. «Nous pas bouger» semble-il vouloir dire ! Voici l’essentiel de ses déclarations !

«Je salue les commerçants des différents marchés de Bamako pour leur mobilisation [meeting du 05 Juin]… Nous souffrons certes, nous restons pour autant un peuple digne… Il s’agit de touts ces travailleurs qui vivent à la sueur de leur front (artisans, ouvriers, charbonniers, extracteurs de sables…, tous les acteurs de tous secteurs d’activités professionnelles)… Ils m’ont fait savoir qu’ils m’en voudraient éventuellement si je m’abstenais de leur faire appel dans le cadre des prochaines manifestations. Et pas question, ont-ils insisté, de renoncer à la manif de ce vendredi 19 Juin. Si tel devrait le cas, m’ont-ils signifié, ce n’est pas à IBK qu’ils s’en prendront, mais à moi Mahamoud Dicko. Alors, moi je m’en remets à Dieu !

Nous sortirons donc, Inch’Allah, pour montrer au monde entier que nous sommes un grand peuple, un peuple digne et fier, issu d’une grande lignée. Cette sortie restera gravée dans les mémoires au regard et de la mobilisation et de la qualité de l’évènement, de la discipline ! Pas de casses, de destruction, d’aucun acte d’indiscipline… On n’a pas besoin de ça ! Non ! Nous restons tout bonnement attachés à nos valeurs et à notre objectif ! Ne posons aucun acte susceptible de nous donner une autre image !
Tout le monde convient aujourd’hui que rien ne va dans le pays. Et certains, d’anciens hauts cadres s’interrogent sur ce qu’il y a lieu de faire. Nous ne pouvons assister passifs à la destruction de notre pays. Non !

Les gens ont parlé et continueront à parler ! Certainement qu’ils approcheront encore Dicko et lui demanderont encore de renoncer et patati patata… Non !

Laissez-moi enlever toute équivoque à ce sujet : Pas question [de renoncer à la manif de ce vendredi 19].Aucune crainte ou hésitation !

Ils appelleront encore le Chérif [Bouyé Haïdara]… Mais le Saint-homme a été clair : il s’est engagé à combattre cet homme [IBK] et à amener ce combat au bout. C’est bien ce qu’il a dit ! Et d’ajouter qu’il reste un combattant, mais adepte de la non-violence. Je rappelle qu’ils sont allés lui dire, la fois dernière que nous nous sommes munis d’armes de démolition et dans le but de tout détruire et de verser du sang… Ils lui ont fait peur !

Il m’a alors appelé pour me dire de laisser tomber… Certainement parce que le moment n’était pas approprié.
Nous écoutons tout le monde. Que ce soit ceux de la CDEAO, de l’ONU, tout le monde ! Nous restons ouverts à toute discussion mais à condition que les revendications du peuple soient satisfaites !
Je lance un appel à tous en vue d’une grande mobilisation ce vendredi 19 Juin ! Un appel des grands jours !
[…]
Nous sommes et restons convaincus que les Maliens de l’extérieur sont très patriotes. Il suffit, pour s’en rendre compte, que survienne un évènement dans le pays. Ils sont très soucieux, patriotes et souvent mieux informés que leurs compatriotes de l’intérieur.
[…]
Ne brûlons pas et ne posons aucun acte susceptible de mettre le Mali à la Une de l’actualité internationale. Nous devrons montrer au reste du monde que nous sommes un grand peuple, issu de grands hommes et femmes…

J’ai parlé du génie malien qui a su concilier presque l’inconciliable : des personnes de différentes couleurs, de différentes langues et cultures ont vécu ensemble en intelligence sur ce même territoire. D’où le cousinage ! Un peuple extraordinaire.
Je reste convaincu que ce vendredi, ce peuple donnera une fois de plus une leçon de grandeur au reste du monde. Inch’Allah ! J’en suis convaincu !

Nous ne pouvons finir cette assemblée sans rendre hommage et saluer la mémoire de nos enfants tombés sur le champ de l’honneur ! Ils ne sont pas morts en vain !

Notre pensée envers Soumaïla Cissé. Dieu est en mesure de nous le ramener et de nous donner satisfaction à tous […]

Propos traduits et transcrits par Batomah Sissoko