PUBLICITÉ

Crise politique malienne: À chacun son motif de soutien

Tout récemment, on a vu un ancien Premier ministre soutenir le régime chancelant d’IBK au nom du principe sacro-saint du respect des règles démocratiques. Dans un équilibrisme dont il a seul le secret, notre quidam, dit soutenir le régime en place sans pour autant le vilipendait au passage.

Et il a raison, car en cas de changement de régime, il se retrouvera, sans nul doute, en prison, vu les nombreuses casseroles qu’il traine depuis 1992

Lors de sont passage à la Primature, il a dévalisé des structures telles l’Agefau, l’Anaser, l’Opam entre autres services qui ont une autonomie financière. Son mode opératoire était d’appeler les DG ou PDG directement sur leurs portables pour leur demander de décaisser des fonds sous prétexte de telle ou telle urgence au sommet de l’État. Il ne prenait même pas la peine de passer par leurs ministres de tutelle. A l’Agefau par exemple, c’est trois jours que le ministre de l’époque, Arouna Modibo Touré alias Papou Touré a été informé de l’opération.

A l’Opam, ce sont environ 278 tonnes de riz qu’il a prises au PDG pour remettre à des marabouts et des charlatans selon une clé de répartition établie. C’est le lendemain de l’opération que le PDG a informé le ministre commissaire à la sécurité alimentaire. Ce dernier lui a rétorqué qu’il considère que cette opération n’a jamais eu lieu. Le PM l’avait appelé pour ça et qu’il lui avait dit qu’il y a une procédure pour déstocker les céréales. Bref, ce sont ces faits qui vont constituer la quintessence du prochain rapport du Bureau du Vérificateur général. Les PDG et DG se sont créés des problèmes inutiles et les faits à eux reprochés sont graves.

Ils doivent pas ignorer qu’il n’y a pas de cumul de responsabilité en matière pénale. Ils vont payer un jour. Quand IBK ne sera plus au pouvoir, évidemment.

Comme quoi, à chacun ses motifs de soutien.

Pauvre Mali.