PUBLICITÉ

Editorial : La Convergence des Forces Républicaines (CFR) capitule, le M5 RFP a désormais le vent en poupe

Le contre-meeting tant médiatisé par les militants, cadres et sympathisants de la Convention des Forces Républicaines, CFR, a finalement été annulé par les organisateurs. Il allait avoir lieu le samedi 27 juin 2020 à la place de l’indépendance de Bamako et allait permettre à l’opinion nationale et internationale de savoir entre les deux mouvements lequel a le soutien du peuple. Officiellement, les organisateurs ont annulé à la demande de la MINUSMA pour donner toutes les chances aux négociations afin de trouver une issue pacifique à la crise.

Mais, officieusement, c’est l’échec de l’Assemblée Générale organisée le 25 juin 2020 au Palais des sports de Bamako qui a émoussé les ardeurs des organisateurs. A cette déculottée subie par Amadou Koîta, Lazare Tembély, Fatoumata Sacko et Hamane Touré, pour ne citer que ceux-ci, le M5 RFP semble avoir le vent en poupe. Il n’y a pas que l’échec de l’AG du 25 juin, il faudrait également ajouter le fait que l’ADEMA-PASJ, le RPM et le PRVM se sont désolidarisés de la marche, pour donner au dialogue, qui est une vertu cardinale, toutes les chances d’aboutir à une solution consensuelle.

Cette clarification des positions des grands partis politiques, dont certains de leurs militants égarés font feu de tout bois, comme l’ADEMA et le RPM vaut son pesant d’or, surtout quand on sait que ces deux partis, qui font d’ailleurs un seul, sont issus du Mouvement démocratique et ne sauraient remettre en cause les valeurs pour la défense desquelles ils se sont battus des années durant jusqu’à l’avènement de la démocratie multi partisane en 1991. Ceux qui s’agitent n’ont que faire de ces valeurs, ce qui compte pour eux ce sont les strapontins qu’ils pourraient tirer. Tiémoko Sangaré, Bocari Tréta et Mamadou Sidibé, respectivement présidents de l’ADEMA, du RPM et du PRVM, par cette prise de position sans ambages, viennent de prouver, qu’au-delà des divergences idéologiques, les maliens de quelque bord politique qu’ils soient, peuvent se parler et se faire de concessions pour le Mali.

Quant aux activistes politiques, après leur cuisant échec lors de l’Assemblée Générale organisée au Palais des sports de Bamako, il ne leur reste plus rien que de suivre le mouvement. Pour rappel, la maladroite et cuisante défaite du 25 juin 2020 a tendance à fragiliser les institutions qu’ils prétendent défendre. Heureusement que le meeting du samedi 27 juin a été annulé, sinon un autre échec allait précipiter la descente aux enfers des institutions, car le M5 RFP allait piquer une colère noire et se mettre en ordre de bataille pour battre encore le pavé et réitérer la demande de démission du Président de la République et de celle de tout le régime. Après l’annulation du meeting de la CFR, rivale toute trouvée du M5 RFP, l’imam Mahmoud Dicko, Modibo Sidibé, Mme Sy Kadiatou Sow, Choguel Kokala Maiga, Cheick Oumar Sissoko, Issa Kaou Djim, Nouhoum Sarr, Pr Clément Dembélé, Mountaga Tall, Mohamed Ali Bathily, peuvent jubiler pour avoir engrangé une nouvelle précieuse victoire, car devant eux il n’y a rien. Ils peuvent négocier tranquillement les contours de la transition.

En somme, le M5 RFP a véritablement le vent en poupe. Il peut se targuer maintenant d’avoir le peuple avec lui. les négociations peuvent se poursuivre tranquillement car les tonneaux vides ont été réduits à leur simple expression. Ils ont alors l’occasion de se taire une fois pour toute.

Youssouf Sissoko