PUBLICITÉ

Mali – La quête d’une nouvelle vache laitière de Mamadou Diarrassouba

L’ex-questeur de l’Assemblée Nationale, candidat malheureux à la présidence de cette institution joue à un jeu trouble.

L’homme qualifié à tort comme bâtisseur par certains de ses courtisans ne finit de nous surprendre dans le mauvais sens et pour cause :

Le samedi 27 juin 2020, a fort relent populiste, Mamadou Diarrassouba a organisé une forte médiatisation une soit disant cérémonie de négociation afin d’inciter les cotonculteurs de Dioula a semer ladite culture, qui faisait l’objet de boycott au niveau national.

A la fin de ladite cérémonie, on a fait croire que son intervention a permis de raisonner les producteurs, hélas que de mensonge.

En effet, avant cette intervention, un accord avait déjà été signe entre les cotonculteurs, la CMDT et les fournisseurs d’engrais et le mot d’ordre de boycott avait été levé. Mieux dans les autres zones comme Koutiala, les paysans ont organisé la restitution et le mot d’ordre était levé alors pourquoi cette particularité pour Dioila. Comme à son habitude, Diarrassouba a voulu défoncer une porte déjà ouverte. D’ailleurs ce n’est pas par hasard qu’il est nommé kené karaba.

L’homme du forcing.

Se croyant tout permis, il n’a pas hésité a appeler le PDG de le CMDT en le couvrent de propos malsains comme il sait bien le faire. Voulant se rapprocher du président de la République, se proclamant proche du Premier ministre, Dr Boubou Cissé, il n’a pas manqué de saluer l’effort de ses deux, tout en chargeant le ministre de l’agriculture et le PDG de la CMDT comme responsable du chaos, en pointant une défaillance dans la chaine de communication à leurs niveaux.

Après nos investigations, il s’avère que l’élu de DIOILA a un candidat pour la présidence de l’APCAM, un ressortissant de son village. Avec une fausse popularité, construite sur le mensonge et l’achat de conscience, qui a montré ses limites lors des dernières législatives.

Effet, toutes les consciences averties doivent s’interroger pourquoi Sir Diarraouba n’a pas été élu dès le premier tour et pourquoi il a eu de la peine à se faire élire face à la liste de l’opposition au second tour ? Il nous revient que sa victoire tient d’autre acteurs qu’à sa propre personnes car la liste dite unique RPM regorgeait d’autres personnalités et bénéficiait des soutiens de plusieurs cadre de la région de DIOILA nous a confié un ex-candidat dans ladite circonscription. La même source nous confie que Diarrassouba a légèrement dépassé 50% dans sa commune d’origine Massigui, ce qui est loin d’être honorable pour l´honorable député, qui se fait passer pour le Dieu de DIOILA.

Au niveau de l’Assemblée Nationale, l’homme se croit au-dessus de tout le monde et ne respecte personne c’est pourquoi, après la mise en place du bureau, à la surprise général, il a refusé de quitter son bureau de questeur, à charge pour l’institution de chercher un bureau pour son successeur OUALY DIAWARA.

Sur les réseaux sociaux, dans certains journaux, avec certains activiste, Diarrassouba ne lésine pas sur les moyens pour faire parler de lui d’où l’hypermédiatisation mais derrière, tout est vide.

Calvaire des chefs de service à Dioila, tu es avec moi ou tu es contre moi.

Le gouverneur qui était préfet a Dioila, qu’il a installé avec l’appui de AG ERLAF à son temps ministre de l’administration territoriale, continue d’être un porteur de sac ou homme de compagnie pour lui. Juste pour illustrer cet état de fait, le maire de BANCO, élu député sur la même liste que Diarrassouba, continue de signer entant que maire puisque l’administration a peur d’organiser la passation.

Au niveau national, les ministres, les directeur peuvent témoigner la méthode peu orthodoxe et discourtois de cet homme surtout quand il demande un service. Les uns et les autres se laissaient faire car il se faisait passer pour un proche du président donc capable de bien et du pire pour qui connait notre système d’une part, et d’autre part, ceux qui cherchaient les postes ou qui voulaient se maintenir supportaient ses caprices

Et s’il était devenu Président de l’ASSEMBLÉE NATIONALE ?

 

NKOURALA , le 1er Juillet 2020
Signé par la nouvelle organisation des producteurs de coton
(Sikasso, Bougouni, Koutiala, Kita et San)