PUBLICITÉ

Moussa DIAWARA : «le général qui DÉRANGE»…

Depuis un certain temps des politiciens roublards, cyniques, spécialistes des jeux stériles, moulés dans l'art de la désinformation et de la manipulation, nourris et entretenus dans l'idéologie archaïque de nager qu'en eaux troubles, tentent à chaque événement majeur dans notre pays de divertir nos concitoyens et de salir nos autorités.

Illustration affligeante. Dans une correspondance particulière qu’il prête à un soi-disant compatriote africain du Sénégal sans nom de passage au Mali, compatriote serait de ” l’oeil de Boundou” (que nous n’avons trouvé nulle part sur Google et sur les réseaux sociaux), notre faux Tigre SBM (homme double) et son petit frère cocu TBM (de l’eau glacée) se livrent à une attaque en règle sans concession contre le DG de la DGSE.

À la lecture dudit torchon on se rend compte sans hésiter que celui-ci porte la caricature du journaliste intellectuellement démoniaque Tiegoum Boubeye Maiga (TBM), agissant sous les ordres subversifs de son frangin l’homme politique de tous les régimes en occurrence Soumeylou Boubeye Maïga( SBM). Notons que les frères ont tous deux fait une brève apparition du coté de Boundou, une région du Sénégal où leur séjour n’a coûté aucun centime à leur famille.

On comprendra que tout le raisonnement de notre cher compatriote africain du Sénégal de passage au Mali, est basé sur des ragots et des calomnies viscéralement lamentables. Devrais-je vous rappeler que le Directeur de la Sécurité d’Etat, le Général Moussa Diawara, a eu ses épaulettes sur les théâtres d’opérations au Nord en tant qu’officier de valeur et tous nos vaillants militaires le savent c’est pourquoi il est respecté par la troupe.

Dans votre piteuse délation vous dites que le Général Diawara est « la pièce maîtresse de l’arsenal politico-militaire et policier de la répression au Mali ». Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali, tout DG de la SE qu’il est, Moussa Diawara n’a pas tous les pouvoirs coercitifs de la République. Pour qu’il en soit ainsi, il faut qu’il dispose du commandement de l’ensemble des forces de défense et de sécurité engagées au front et dans le maintien d’ordre. Le Général ne peut rien ordonner à la police, à la gendarmerie ou à la garde républicaine. Si c’était le cas en votre sinistre temps, ce ne l’est plus actuellement.

Les Fameuses FORSAT dont on parle, sur lesquelles on fantasme, ne sont pas celles qui opèrent ici, mais bien celles engagées dans la guerre invisible contre le terrorisme et les ennemis intérieurs et extérieurs du Mali avec lesquels vous êtes en connivence. N’oubliez pas qu’on vous tient à l’œil dans le partage de rançon mal tourné et qui a coûté la vie à nos amis journalistes français.

Le Général Diawara, homme modeste peut être fier de leurs performances : elles n’ont jamais échoué dans une mission. Et soyez sûrs que si c’étaient elles, l’histoire aurait été racontée autrement. Vous savez pertinemment que pour de telles opérations, ce n’est pas les forces spéciales qui sont requises encore moins à une période où il n’y a aucune autorité habilitée à signer cette sortie.

Vous accusez ignominieusement, à tort et sans preuve aucune avancée que le Général Diawara est un « expert en magouilles de tous genres, il a transformé la Sécurité d’Etat en un GIE ( Groupement d’Intérêt Économique) redoutable dans les détournements de fonds publics».

Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali vous l’ignorez et feignez de l’ignorer : le grand expert en ingénierie crapuleuse est bien celui qui vous a mis en mission, SBM le politicien insolvable, traitre à sa patrie qui a détruit nos missiles, nos avions et livré le pays à l’ennemi. C’est lui qui est épinglé par la justice de son pays à travers les rapports du Vérificateur Général dans le dossier des équipements militaires et non le Général Diawara. Voilà le procès qui le panique et qui le fait courir. C’est lui qui a payé des appartements au Mali et à l’extérieur à tous ces enfants même le dernier-né. L’immeuble de sa fille nargue les paisibles citoyens dans un pauvre quartier de la commune VI. N’est-ce pas lui qui a utilisé son pouvoir pour faire de la marque de sa fille Borthin une marque d’État appelant ses homologues dans la sous région à la recevoir? 30 millions décaissés par le FAFPA du sulfureux Albachar Touré pour une journée de villégiature à Gao pour faire la cour à ses parents qui le vomissent.

C’est encore lui qui s’est barré avec les fonds sociaux dits des filets sociaux en quittant la Primature. Alors que le prédécesseur AIM n’à pas touché un kopeck.

Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali, comme on le dit : “à beau mentir celui qui vient de loin”, vous sied à merveille. Vous parlez ni vu ni connu (comme dans un Ouolofo-Baroni) d’enlèvements ? Êtes-vous sûrs que vous faites pas là un Yabé ? Parce que là vous faites référence aux basses expertises de votre commanditaire ? Savez-vous jusqu’où il est allé dans « les enlèvements et séquestrations de personnes, dans la répression politique, dans les meurtres etc… » ?
Si son beau-père Mady Diallo n’est plus de ce monde pour témoigner, on peut opportunément appeler à la barre des témoins à charge encore vivants comme l’ancien Directeur de publication du journal Sud-Info (un certain Cheick Oumar Konaré depuis devenu éminent avocat), des anciens leaders du Coppo et leurs militants, kidnappés et séquestrés à travers tous les geôles du pays (Me Mountaga TAll, Choguel Maiga, Moussa Koné, Oumar Kanouté…) Quelle police politique a-t-elle donné l’assaut au siège du Miria, tabassant leaders politiques et molestant journalistes au passage ? Obligeant le gouvernement à se démarquer de la methode de barbouze de Boubèye et à présenter ses excuses à la presse ?

Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali,
Le Général Diawara a été l’empêcheur de tourner en rond et reste le cauchemar de celui qui avait nourri le plan de déposer IBK, président élu, de faire de lui un président qui inaugure les chrysanthèmes et de gouverner à sa place. Que SBM se rallie à ce plan concerté de prise de pouvoir par les voies inconstitutionnelles, à son plan que le M5-RFP tente de mettre en œuvre, quoi de plus logique dans sa logique ponce-pilatiste ?

Vous dites qu’il est également un jouisseur notoire qui a tenu en haleine et écœuré le Peuple malien ces derniers temps par ses frasques (fêtes d’anniversaires et autres soirées organisées entre amis et alliés), ses libéralités à des fins clientélistes.

Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali
Oui le Général Diawara a commis le péché malien de faire confiance à des parents et amis pour une affaire d’ordre strictement personnel. Des faux-frères ont joué aux Judas… mais l’histoire dira un jour les pourquoi et les comment. Mais en attendant que celui qui n’a pas commis un péché d’anniversaire lui jette la première pierre ?

Vous dites aussi dans votre torchon que face à la montée de la contestation populaire sur les actes criminels répréhensibles du Pouvoir, le Général Moussa Diawara, « piètre analyste politique, semi-analphabète, n’a d’autres réponses face aux revendications légitimes du Peuple, que la répression sous toutes ses formes ».

Monsieur le courageux compatriote africain du Sénégal de passage au Mali
Si le Général est aussi benêt que vous le décriviez comment expliquez-vous qu’il a réussi jusqu’ici à déjouer tous vos complots. Et votre commanditaire SBM en sait quelque chose. Si Moussa Diawara n’était pas lié par les devoirs de sa charge beaucoup de gens auraient choisi l’exil depuis longtemps. Mais l’occasion est peut-être bonne pour lui de faire de petites révélations juste en guise d’explication. A dénonciateur, dénonciateur et demi donc. Allons-y !

En attendant, il est clairement établi que cette énième cabale médiatique contre  le Général Diawara est aussi orchestrée de main traîtresse par un ancien « Maitre-espion » tombé de son piédestal. Mais comme disaient les grecs : ” le caractère est la destinée “. Et oui le Général est un homme de valeurs ( sens de d’honneur, de la dignité, de la loyauté, et de la fidélité à l’amitié ) il fait son devoir sans zèle d’aide à la décision, il a la confiance de son patron car sa loyauté n’a jamais été prise à défaut ; il est au service exclusif du Mali. C’est ce qui fait de Moussa Diawara un vrai Général qui dérange, comme son patron hier. Donc le Général est là, il y est, il le restera ! Pardon comme le conseiller IBK en son temps, il continuera de troubler le sommeil de tous ceux qui ont mal à la conscience et qui trichent avec la République et les intérêts supérieurs du peuple malien. Et comme l’œil de Caïn il continuera à troubler votre sommeil.

Après moi disait De Gaulle, ce sera le trop-plein ! SBM voulait que ça soit ainsi, c’est pourquoi il ne rate aucune occasion pour critiquer, dénigrer et se démarquer de la personnalité, du style et de l’action du Général Diawara qui le dépasse de loin.

Aujourd’hui SBM ne supporte pas que certains de ses partisans l’ont déjà relégué au rang des hommes du passé et ont commencé sans plus attendre à s’éloigner de lui à cause de son caractère impossible. Un homme politique dont le destin a été brisé à cause de son aveuglement pathétique.

En définitive je voudrais dire à notre cher frère Sénégalais qu’il y a des polémiques justes, mais la vôtre est injuste, vos propos sont faux et manquent de dignité, ils portent la marque de la prétention, de l’apparence, de l’illusion, de l’arrogance et du m’as -tu -vu. Et ça ce n’est pas Malien, ce n’est pas Sénégalais, ce n’est pas Africain. C’est petit et bas.
J’étais de passage.

Sibiri Samaké.