PUBLICITÉ

APPEL A l’UNTM: «Rejoignez le M5-RFP pour que nous terminons rapidement cette phase de la lutte.»

Pour mettre un terme à la crise sociopolitique que traverse le Mali depuis un certain temps, le Pr (ElHadj) Adama Diambourou Diarra, Professeur agrégé en Génie Électrique et Président fondateur de AMCADDIA (Dambé Ka Ségui Sô) à travers une lettre, a souhaité le ralliement du tout puissant Secrétaire général de l’Union Nationale des Travailleurs du Mali (UNTM) au mouvement du 5 Juin M5-RFP afin de mener une lutte collective  et implacable contre le régime en place.

Selon le Professeur Adama Diambourou Diarra, beaucoup de maliens sans voix sont surpris et  étonnés par le silence de la grande centrale syndicale, l’UNTM. ” Je me suis permis, en leur nom et au mien propre, de venir solliciter à travers  ce message ouvert, votre adhésion à la lutte entamée contre les pratiques  désastreuses de Mr Ibrahim Boubacar Keïta et son régime pour mauvaise gouvernance démocratique, menée à travers la gestion patriarcale, oligarchique et ploutocratique  de la République du Mali. Par cet exercice surprenant du pouvoir, la patrie s’est retrouvée dans les mains d’une centaine de personnes et leurs prolongements,  ignorant  du coup toutes les ressources humaines de qualité qui pouvaient accompagner le président pour traverser cette période douloureuse de l’histoire de la République du Mali.” A-t-il expliqué en  poursuivant, que cette manière de conduire les affaires nationales a contribué ainsi à la détérioration généralisée de tous les secteurs de la vie du pays.

“Combattants de toutes les luttes socioéconomiques au Mali et de celles d’émancipation de son peuple, de l’avènement de l’indépendance, puis de la démocratie jusqu’à aujourd’hui, l’heure est à l’union sacrée autour du Mouvement du 5 juin, le Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP)  pour demander pacifiquement le départ de M. Ibrahim Boubacar Kéita et son régime afin d’entamer la refondation du pays. Le temps de l’indifférence est passé.  La patrie est en danger et il faut la sauver.”  A-t-il lancé.

Ben Chérif