PUBLICITÉ

Cabale Médiatico-Politique contre Mahmoud Dicko: le silence qui dérange !

Des manœuvres cousues de fil blanc de Léo Tall contre l’Imam Dicko…

Depuis quelques temps, l’Imam Mahmoud Dicko fait l’objet d’un lynchage médiatico-politique. Face à la persistance des accusations et suspicions de toutes sortes contre l’homme de Dieu, nous avons cherché à comprendre de quoi il s’agit concrètement. La conclusion est qu’il s’agirait bien d’une conspiration, rondement menée par plusieurs entités politico-mafieuses, dirigée contre celui qui est considéré par le peuple comme l’un des deniers remparts de la démocratie malienne. Si d’un côté certains leaders frustrés du M5 RFP en veulent à l’Imam Dicko, dont l’attitude du porte-parole Issa Kaou NDjim n’a pas non plus aidé, avec souvent des propos incendiaires et irresponsables ; de l’autre côté, un réseau mafieux, mené par Léo Tall, frère cadet de l’ancien Premier ministre Boubou Cissé, qui tente de se venger de l’Imam Dicko, à la tête de la fronde ayant conduit à la chute du régime IBK dont Boubou était un pilier. Le réseau de Léo Tall commandite et finance à tour de bras des articles et émissions dans certains médias de la place et sponsorise des activistes dans le seul but de salir la réputation du très respecté l’Imam Dicko.

L’Imam Mahmoud Dicko, parrain de la CMAS (Coordination des mouvements, associations et sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko) et autorité morale et religieuse à titre honorifique du M5-RFP, la coalition des mouvements hétéroclites de contestation du régime de l’ancien président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, s’est, au lendemain des événements du 18 août 2020, qui ont conduit au départ d’IBK et de son régime, conformément à sa promesse, retiré publiquement de la scène politique pour retourner dans sa mosquée.

Depuis cette annonce, faite au Palais de la Culture de Bamako, l’Imam Dicko a cessé d’apparaître en public et a complément disparu de la scène politique, se murant également dans un silence, devenu dérangeant pour ses proches comme pour ses détracteurs. Ce silence est perçu par certains leaders du M5-RFP comme une trahison à leur égard même si certains d’entre eux ont affirmé  publiquement que l’imam n’est pas leur chef et ne peut rien décider en leur nom au sein du M5-RFP. Et depuis, aucun d’eux n’a approché, sollicité l’imam Dicko pour la suite ou la continuité de leur combat pour la refondation du Mali. Les questions qui taraudent les esprits : comment peut-on continuer à lutter dans un mouvement (M5RFP) qui n’a pas de président ? Qui ne peut pas se trouver un siège digne de ce nom mais dont tous les responsables aspirent à diriger le Mali? Un mouvement aux centres de décisions  multiples ? C’est dans un tel climat de manque de considération que le très respecté Imam a pris ses distances en toute responsabilité.

Pire, l’initiateur de ce mouvement hétéroclite, qui n’est autre qu’Issa Kaou NDjim, non moins fondateur et coordinateur national de la CMAS,  a été même exclu du comité stratégique du M5-RFP à cause de ses agissements et prises de position et ce, alors même  que toutes les réunions de la coalition se tenaient au siège de la CMAS. Siège qui est la propriété d’un des cousins de M. NDjim. Ces deux raisons ont poussé le tonitruant coordinateur général de la CMAS à interdire les rencontres du M5-RFP au siège de son mouvement. Il avait auparavant, publiquement prononcé la mort du M5-RFP expliquant que les objectifs qu’ils s’étaient assignés, le départ du régime IBK notamment, étaient atteints. Car, quant il s’agissait de partage de badges ou de postes, l’initiateur et le bailleur du M5, M.Djim était mis de côté. Cette situation de cacophonie a été préjudiciable pour l’avenir du M5-RFP.

Dès lors l’Imam Dicko n’a plus mis pied au siège de la CMAS et s’est retiré de la scène politique pour se consacrer à sa mosquée. L’homme de Dieu reste une cible privilégiée de nombre de personnes et d’entités politico-associatives. Il est aussi souvent assailli par des visiteurs (des hommes politiques, des hommes en uniforme et même des diplomates) à longueur de journée et chacun avec son agenda. Cette posture que l’imam Dicko n’a ni cherché, ni demandé, fait de lui cependant un homme incontournable pour cette transition. Jaloux de son autorité et de sa popularité, l’Imam Dicko est devenu la cible privilégiée de ses bourreaux.

Et cela dans le silence le plus total. Pour cette raison, ses adversaires et détracteurs tirent à boulets rouge sur lui. Cette situation a été amplifiée par les prises de position, les déclarations publiques et le combat politique du Coordinateur national de la CMAS, Issa Kaou N’djim qui, selon les confidences d’un proche conseiller de l’imam Dicko, n’engagent que son auteur. Selon nombre de ses anciens collaborateurs, qui n’embouchent plus la même trompette que lui, Issa KaouNDjim n’est ni plus ni moins qu’un leader sur la scène politique, qui mérite désormais d’être traité comme tel.

A cela, s’ajoute le combat de l’ancien Premier ministre Dr Boubou Cissé qui n’a pas du tout digéré son éviction. L’homme, soupçonné d’avoir amassé une immense fortune durant le mandant d’IBK et s’être fait spécialiste du népotisme, utilise son demi-frère et cadet Léo Tall, un jeune milliardaire sans emploi, pour salir l’honneur, la réputation et l’image de l’Imam Dicko. Il recourt pour y parvenir, à  certains médias et activistes. L’homme préparerait d’ailleurs sa candidature à la présidentielle post-transition en cours.

Approché par nos soins, l’imam Mahmoud Dicko a tenu à assurer l’ensemble de ses compatriotes que la révolution du peuple malien ne sera pas détournée par qui que ce soit et que la justice sera faite pour toutes les victimes des 10, 11 et 12 juillet 2020. Il promet également que, très prochainement, il fera une sortie publique pour se prononcer sur les questions brûlantes de l’heure et ce, après la mise en place effective de tous les organes de la transition.   Autrement dit, l’imam Dicko veille au grain et reste campé sur son rôle de sentinelle et de veille citoyenne dans la sauvegarde de la démocratie, de la laïcité et des valeurs religieuses qui ne seront nullement galvaudées.

A.B.D